ALLAIS ALPHONSE

Allais Alphonse (1855 - 1905)  

Le lieu où en pleine nuit le petit Alphonse vit le jour. Ce même jour qui vit l'apparition de l'éclairage au gaz. Louons cette journée merveilleuse du 20 octobre 1854, qui vit l'esprit qui illumina nos jours naître dans le noir, tandis qu'apparaissait en plein jour la lumière de nos nuits. A 17 ans reçu bachelier es sciences, Allais devient stagiaire à la pharmacie paternelle, où ses expériences, ses faux médicaments et ses conseils farfelus se révélèrent peu du goût de son père. Débuta ainsi en 1882 comme collaborateur au journal "Le Chat noir" dont il devint par la suite rédacteur en chef. Ce fut le début de 25 ans d'écriture, durant lesquels Alphonse Allais sévit dans sept autres journaux, au rythme moyen de 2 à 3 contes hebdomadaires. Celui qui attendait le dernier moment pour rédiger sa chronique, dans le fond d'un café, pour la confier à l'ultime seconde aux soins de la poste, fut l'auteur : de 1680 contes et de bon nombre d'expressions et calembours. Lui qui se voulait statue vivante de la paresse, s'essaya (et même se réussit) à tous les genres: humour noir, vers, maxime, fable express, inventions... Alphonse Allais mourut en 1905. Et c'est en avril 1944 qu'Alphonse Allais atteint définitivement le firmament des humoristes, le jour où une bombe anglaise égarée fit s'envoler dans une nuée multicolore la sépulture de notre humoriste normand.
 
  • Libri.it

    CHI HA RUBATO LE UOVA DI MIMOSA?LA REGINA DELLE NIAGARA FALLSSCHIAPPETTA È MOLTO SENSIBILEIL VIAGGIO DELLA MADREPERLA 3 – L’OMBRA DELLE PIETRE
  • Libri.it
  • Treccani