ARAGON LOUIS

Louis Aragon (Neuilly sur Seine, 1897 - Paris, 1982)
Louis Aragon est, avec André Breton et Philippe Soupault, un des fondateurs du surréalisme.
Ils créent en 1919 la revue Littérature. Il y écrit ses premiers textes "automatiques" qui seront réunis dans Feu de joie et Mouvement perpétuel. Il s'opposera bientôt à Breton. En 1928, il se lie avec Elsa Triolet. Il adhère ensuite au communisme (au parti en 1936), et ses romans se construiront autour d'idées militantes, mêlant personnages historiques et imaginaires. Pendant la guerre, il est mobilisé et participe à la campagne du Nord. Il sera, avec Eluard, un des poètes de la Résistance, célébrant sur le mode du lyrisme traditionnel l'amour absolu comme l'action politique. Après la guerre, il va à Nice et fonde avec Jean Paulhan le Comité National des Ecrivains.
Sa vie sera alors combats politiques (membre du comitté central du parti communiste en 1954) et publications d'oeuvres. Il revient ensuite à la poésie lyrique, célébrant son inspiratrice de toujours : Elsa (1959), le Fou d'Elsa (1963), et la culture arabe médiévale. Après la mort d'Elsa en 1970, Il publie Henri Matisse, roman qui témoigne de son inspiration pour la peinture de son siècle.
Son oeuvre : Feu de joie (1920), Anicet ou la panorama (1921), Mouvement perpétuel (1925), le Paysan de Paris (1926), le Traité du style (1928), les Cloches de Bâle (1933), les Beaux Quartiers (1936), le Crève-cœur (1941), Cantique à Elsa (1942), les Yeux d'Elsa (1942), Brocéliande (1942), le Musée Grévin (1943), Aurélien (1945), la Diane française (1945), En étrange pays dans mon pays lui-même (1945), les Communistes (1949-1951), la Semaine sainte (1958), Elsa (1959), le Fou d'Elsa (1963), la Mise à mort (1965), Élégie à Pablo Neruda (1966), Blanche ou l'oubli (1967), Collages (1965), Je n'ai jamais appris à écrire ou les Incipit (1969), Henri Matisse (1971), Théâtre/Roman (1974).
Par Le Village.



liens:
 - Aragon chez l'université de Münster (D)
  • Libri.it

    LA PESTE SCARLATTASOLVEIG. UNA VICHINGA NELLA TERRA DEGLI IROCHESIBIANCO E NEROMIRA
  • Libri.it
  • Treccani